16 Tango

Bienvenue Invité
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 TROPHEE JEAN PRAT 2013

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Mar 16 Avr - 6:48

DIMANCHE 21 AVRIL 2013

1/8 FINALE ALLER

F C OLORON / LILLE MÉTROPOLE RUGBY

U S ROMANS ET PEAGEOISE / SPORTING NAZAIRIEN RUGBY

AVENIR CASTANEEN / U S BRESSANE

U S SEYNOISE / U S TYROSSE

A S MACONNAISE / U S O NIVERNAISE

SAINT JEAN DE LUZ OL / C S BOURGOIN JALLIEU

C A ST ÉTIENNE LOIRE SUD RUGBY / U S MONTAUBAN

C A PERIGOURDIN / AVENIR VALENCIEN
Revenir en haut Aller en bas
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Mer 17 Avr - 20:06

SITE JOURNAL DE SAÔNE ET LOIRE

Fédérale 1 (8e de finale aller ce dimanche à Emile-Vanier). Mâcon-Nevers J-3.

Le baromètre grimpe


Mathuriau, ici entre Brunel et Klouchi, devrait occuper le poste de centre dimanche.

À quelques jours de son huitième de finale à domicile, Mâcon est que jamais concentré sur son objectif. Et cette fois, pas question de ne jouer que les figurants.

Il faisait chaud hier après-midi au stade Emile-Vanier de Mâcon. Très chaud même. Et pourtant, l’entraînement collectif de ce mercredi après-midi s’est révélé d’une intensité extrême et d’une qualité intéressante que louait d’ailleurs le coach Tubert. « Précision et rapidité » lâchait-il après la séance d’opposition. « Les joueurs sont concentrés. Certains signes ne trompent pas » ajoutait-il.

Concentrés. Voilà dans quel état d’esprit les Mâconnais abordent ce huitième de finale aller face à Nevers. Oublié donc la défaite rageante à Saint-Etienne. Le revers presque humiliant subi à la maison devant Lille. Aujourd’hui Mâcon est tourné vers son objectif. À 100 %. Sans détours. « Perdre de cette manière à Saint-Etienne nous est resté à travers la gorge. Mener de 20 points (26-6) et pfff… » pestait encore en fin d’après-midi Jean-Henri Tubert. « Dès le lendemain, les joueurs sont passés à Nevers. On sentait qu’ils avaient déjà envie d’en découdre » ajoutait Fabien Boyet, le coach des trois quarts.

Février, dur, dur…


La meilleure preuve. Cette séance d’opposition hier entre les jaunes – dont la plupart pourrait fort bien débuter sur le banc - et les rouges - apparemment les titulaires pour ce dimanche. Au menu des actions limpides, d’une précision d’horloger et d’une vitesse qui en dit long sur la forme physique des joueurs actuellement. « C’est grâce à la qualification acquise très tôt que l’on a pu parfaire notre condition. Alexandre Damotte – préparateur physique - les a fait bosser très durement tout le mois de février et aujourd’hui on recueille les fruits de ce travail » expliquait Tubert.

Après une bonne cinquantaine de minutes de combinaisons offensives et défensives, de touches et de mêlées pour finir sur une séance de coups de pied de la part des buteurs et notamment de Jeandre Fourie, point d’interrogation de l’effectif mâconnais (lire ci-dessous), les joueurs regagnaient les vestiaires pour une douche bien méritée.. « C’est un entraînement très positif. Aucun ballon lâché, beaucoup de vitesse dans les passes, les déplacements et les replacements. On était bien aujourd’hui » se félicitait coach Tubert.

De quoi optimiser les chances de succès de son équipe ce dimanche face à l’autre bourguignon, Nevers, qui débarquera sur les bords de Saône avec une armada à faire peur n’importe quel navire ? « C’est du 50-50, indiquai Mickaël Campeggia. Ce huitième, on ne l’aborde pas comme l’an passé. On va le jouer pour le gagner » promettait le demi de mêlée et capitaine de l’équipe mâconnaise. Nevers est donc prévenu. Mâcon s’est préparé comme jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Mer 17 Avr - 20:21

SITE LE JOURNAL DU CENTRE

Bilan de la phase régulière de l’USON avant les huitièmes contre Mâcon (21 et 28 avril)


Rhys Williams et les Usonistes, ici contre Montauban, sont à la place où on les attendait. Le plus dur commence pour eux, sans droit à l’erreur.? - PHOTO FABIEN BELLOLI

L’USO Nevers a bouclé la phase régulière à la deuxième place derrière Montauban. L’objectif minimal a été atteint. Se qualifier pour les quarts de finale aux dépens de Mâcon est un autre impératif.

On attendra encore quelques semaines et la fin des phases finales pour dresser le bilan complet de la troisième saison de l'USON en Fédérale 1. Et plus on patientera avant de tirer des enseignements, meilleur sera le constat…

Le parcours des Neversois, lors de la phase régulière, est révélateur de leur progression au sein de la hiérarchie nationale de la F1 (voir bilan de la saison précédente ci-dessous).

7 e de la Fédérale 1

Avec 65 points, l'USON, deuxième de poule 4, se classe au septième rang des quarante clubs de Fédérale 1. Elle vient derrière Bourgoin, 79 points (1 er de la poule 2), seule équipe invaincue (17 victoires et un nul) ; Lille (1 er de la poule 1) et Montauban (1 er de la poule 4), 74 points ; Tyrosse (1 er de la poule 3) et Bourg (2 e de la poule 1), 72 points ; et Saint-Nazaire (2 e de la poule 3), 66. Ce classement n'est qu'un indicateur, mais confirme que la place des Neversois est bien parmi les huit meilleurs clubs français.

Le plein au Pré-Fleuri

L'USON doit donc, au minimum, accéder aux quarts de finale (comme la saison passée), où la logique voudrait qu'elle affronte Bourgoin (avec match aller à Nevers), pour que l'on dise que son bilan est simplement satisfaisant.

Régis Dumange, qui a fixé comme objectif d'atteindre les demi-finales, prévient qu'une élimination contre Mâcon serait très mal vécue : « Je ne sous-estime pas Mâcon, mais avec les moyens mis en 'uvre (un budget avoisinant les 4,4 millions d'euros) et nos résultats, être éliminé en huitièmes de finale serait l'échec de la saison », reconnaît le président neversois.

Les dirigeants neversois avaient choisi, cette saison, de mettre le cap au Sud-Ouest et d'intégrer la poule 4, plutôt que de rester dans la poule 1 (celle de Mâcon, Chalon et Dijon). C'était l'opportunité de découvrir un autre rugby et d'offrir des affiches alléchantes au Pré-Fleuri. Le but recherché a été atteint.

41 + 24 = 65


La fréquentation moyenne du Pré-Fleuri sur les neuf matches à la maison a été supérieure à 3.000 spectateurs. Avec un pic à 4.500 pour la venue de Montauban !

Les Neversois ont effectué le plein sur leur herbe, où ils ont remporté 9 victoires, dont 5 bonifiées, soit 41 points. Contre Montauban (31-29) et Castanet (29-28), ils se sont imposés dans le temps additionnel grâce à la botte de James. C'est mieux que la saison passée (7 victoires et 2 défaites).

Leur bilan à l'extérieur est plus mitigé : 24 points, grâce à 4 victoires (dont 2 bonifiées), 2 nuls et 3 défaites (dont 2 avec bonus défensif). L'incroyable défaite à Saint-Junien lors de l'ouverture de la saison (32-30) leur a fait perdre 4 points d'entrée et a compromis leurs chances de disputer la place de leader à Montauban.

Ils ont bien voyagé dans les Pyrénées (victoires à Lourdes, Lannemezan et Bagnères nul à Oloron, où ils ont failli ne jamais aller), mais ont déçu à Limoges et ont été surclassés à Montauban (défaite 40-16), le seul match où ils n'ont pris aucun point. Même s'ils étaient incomplets à Sapiac (le stade de Montauban), l'ampleur de la défaite et la production d'ensemble ont suscité des interrogations qui demeurent à quelques jours du huitième de finale.

Si l'USON deuxième, est sa place dans cette poule 4, qui était sans doute d'un niveau moins relevé que la poule 1, elle n'a pas encore affiché la sérénité et la maîtrise qu'on attend d'un prétendant à la Pro D2.

« J'attends de voir »

Jean Anturville a justement été recruté dans cette fin de saison pour apporter son expérience dans ces matches couperets. Il a fait monter Tours, Bourg-en-Bresse et Béziers en Pro D2 et s'est vite imposé comme le patron du staff qu'il forme avec Julio Cesar Garcia et Guillaume Jan. Des habitudes ont été changées, des modifications apportées avec une seule idée en tête : être prêt pour les huitièmes de finale contre Mâcon.

« J'attends de voir », conclut Régis Dumange, toujours optimiste.

Huitièmes. L'USON disputera le match aller dimanche, à 15 h, à Mâcon. Retour dimanche 28 avril, à 15 h, au Pré-Fleuri.
Revenir en haut Aller en bas
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Mer 17 Avr - 20:29

SITE JOURNAL LA DÉPÊCHE

Castanet. Aldric Folliot : «Être à 150 %»

Fédérale 1. Castanet-Bourg-en-Bresse en huitième de finale aller dimanche à 15 heures.


Aldric Folliot se sent plus à l'aise au centre./ Photo DDM, D.D.

À 23 ans, Aldric Folliot attaque sa troisième saison sous les couleurs castanéennes. Demi d'ouverture ou centre, cet ancien stadiste (il fait toutes ses gammes au Stade Toulousain) est conscient que cette saison n'est pas sa meilleure. Les phases finales arrivent à point pour rectifier le tir.

Aldric, vous effectuez une saison en dent de scie ?

Oui, à l'image de l'équipe. Sur le plan personnel, il y a eu des paramètres négatifs qui ont joué sur mes prestations. Je n'ai jamais réussi à me positionner dans mon poste de demi d'ouverture. J'en suis le seul responsable. Au niveau de l'équipe, la défaite inaugurale contre Oloron à domicile a été plus néfaste que prévue. Nous l'avons traînée longtemps. Depuis deux mois tout est revenu dans l'ordre. La victoire ramenée de Limoges a été un déclic et celle obtenue contre Montauban n'a fait que conforter nos possibilités. Mais, c'est vrai, face à des équipes d'un niveau supérieur, nous avons réussi à nous mettre au diapason. Maintenant, il n'y a plus à réfléchir, il faut être le meilleur à l'issue des deux confrontations.

Bourg en Bresse, c'est une vieille connaissance ?

Oui, je les ai joués en championnat l'an dernier et en huitième il y a deux ans. Le match retour nous a ouvert les portes de la qualification. En revanche, en phase finale, il est resté un goût d'inachevé. Nous avons été éliminés à la dernière minute avec un essai concédé chez eux et cette fameuse pénalité juste avant le coup de sifflet final chez nous.

Quelle est la solution pour passer ?

D'abord être nous-mêmes et à 150 % de nos possibilités. Je pense qu'il faudra éviter l'affrontement et envoyer du jeu comme nous savons le faire. Et puis, c'est sûr, de la discipline. Gagnons ce premier match et, après, on aura tout le loisir pour établir la stratégie adéquate. Là, le staff sait faire.

À quel poste allez-vous jouer ?

Il n'y a rien de défini, mais depuis la blessure de Mathieu Céolin, il y a une place à prendre aux côtés d'Eric San Vicente. Je me sens mieux au centre, c'est mon poste de base.

Qui sera le buteur ?

Si j'ai cette responsabilité, je l'assumerais. Je me sens bien actuellement. Maintenant tout se décidera avant le match, nous en discuterons avec Maxime Boyer. Il n'y a aucun problème, celui qui se sentira en confiance aura cette mission.

Un pronostic ?

Il faut s'imposer. C'est une grosse équipe. Mais nous n'avons rien à lui envier. Nous sommes catalogués comme petite équipe de Fédérale 1, mais, au regard du staff et de l'effectif, sans oublier l'envie d'aller le plus loin possible, nous avons largement le niveau. À nous d'être présents.
Revenir en haut Aller en bas
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Jeu 18 Avr - 19:29

SITE JOURNAL DE SAÔNE ET LOIRE

Fédérale 1 (8e de finale aller ce dimanche).

Mâcon-Nevers J-2. Diotallevi prêt pour le grand 8


Le 1 er septembre dernier, Diotallevi, ici au soutien de son demi de mêlée Nxumalo qui plaque le mâconnais Salellas, et Nevers avaient atomisé Mâcon 31 à 13.

Montcellien de naissance et Italien de cœur, Aurélien Diotallevi, le 3e ligne centre neversois, et ex-chalonnais, le concède. « Ce sera un match très serré. On est prévenu » insiste-t-il.

Marzy, petite bourgade d’à peine 4000 habitants, située à quelques terrains de rugby de Nevers, capitale de la Nièvre. Dans cet havre de paix, Aurélien Diotallevi vit une existence paisible. Licencié au club de l’USON depuis deux saisons, l’ancien Chalonnais de 29 ans, né à Montceau, prépare d’arrache-pied cette double confrontation avec Mâcon. Avec néanmoins la plus grande prudence. « Il n’y aura pas cinquante points entre les deux équipes » prédit le troisième ligne centre.

Car Aurélien n’est pas dupe. Même si le club neversois semble évoluer dans une « autre cour », avec des moyens financiers dignes d’une formation de Pro D2, le Blanzynois – il a vécu à Blanzy une bonne vingtaine d’années - sait que Mâcon n’est pas un adversaire comme les autres. Que le coach, Jean-Henri Tubert, est un habitué des phases finales. Un redoutable et redouté stratège.

« L’élimination ferait désordre à Nevers »

« Les matches ont toujours été très serrés entre Nevers et Mâcon - ndlr : 5 matches (4 victoires pour Nevers contre 1 pour Mâcon) -. Les joueurs se connaissent et se respectent. C’est un petit derby bourguignon aussi » explique l’ancien Stéphanois qui a hâte d’en découdre. « Toute l’année, tu t’entraînes dur, tu souffres sur le terrain pour ces moments-là. Il est temps que ça arrive » souffle-t-il.

Et Diotallevi sait de quoi il parle. Une saison 2011-2012 gâchée par une opération à la cheville qui l’a contraint à un éloignement des terrains depuis plusieurs mois. « Maintenant, c’est oublié... heureusement. J’ai pu enchaîner les matches – ndlr : 16 en tout et 10 en tant que titulaire -. Je monte en puissance, comme le reste de l’équipe d’ailleurs. Tout ce qu’on a fait depuis le 16 septembre c’est pour ce 8e. Ne pas passer ne serait pas catastrophique mais ça ferait désordre » confesse-t-il.

En effet, la pression repose presque essentiellement sur les épaules de Nevers. Car si Mâcon se « contenterait » d’une victoire à la maison, Nevers ne peut en aucun cas se satisfaire de miettes. « L’objectif est de faire mieux que l’an passé. Nous avions perdu en quart contre Valence d’Agen, là, cette fois, c’est clair, on vise la demi-finale » annonce résolument Aurélien Diotallevi, qui devrait porter le numéro 8 ce dimanche après-midi à Emile-Vanier. « Si rien ne change d’ici là, je suis titulaire. Physiquement, aujourd’hui, tout va bien, tant mieux et je suis prêt à tout donner sur le terrain » promet-il.
Revenir en haut Aller en bas
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Ven 19 Avr - 19:56

SITE JOURNAL DE SAÔNE ET LOIRE

« contre nevers, je pense que c’est du 90-10 »


Capitaine de la touche, Aguilar tient un rôle prépondérant. Photo SB

Guillaume Aguilar connaît la musique. L’amoureux de l’art sait que la double confrontation avec Nevers ce dimanche et le suivant risque bien de tourner en faveur de cet adversaire qui met tout en branle pour atteindre la Pro D2. « L’opposition est déséquilibrée sur le papier. Nevers doit être serein » insiste-t-il. « On n’a plus gagné contre eux depuis des lustres. Pour moi, c’est du 90-10 » ajoute le troisième ligne mâconnais.

Blessé à la cheville à Chalon en début d’année et pas remis encore complètement de cet épisode malheureux, Guillaume Aguilar espère personnellement que la douleur ne lui pourrira pas sa prestation. « Nevers va nous faire courir, il faudra être à 100 % » précise-t-il. « Nevers c’est un peu comme Lille mais en plus costaud, en plus agressif surtout. Il faudra serrer les boulons en défense. On a pêché ces derniers temps dans ce secteur mais on a bien bossé en février. Nous serons prêts » garantit l’ancien Chalonnais.

Demain après-midi, devant un public attendu extrêmement nombreux à Emile-Vanier, Aguilar et les siens tenteront ce qui pourrait être un exploit assez retentissant. « Si Nevers gagne c’est logique, si c’est Mâcon… »

Mâcon-Nevers, stade Emile-Vanier (demain 15 heures).
Revenir en haut Aller en bas
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Ven 19 Avr - 20:01

SITE LE JOURNAL DU CENTRE

Huitième de finale (aller) - Moeakiola et les Neversois jouent gros à Mâcon


En mêlée, à gauche ou à droite, comme dans le jeu, Matekitonga Moeakiola peut faire des ravages, s’il est dans un grand jour.? - PHOTO FABIEN BELLOLI

Auteur d’une saison en demi-teinte, Matekitonga Moeakiola et les Neversois se savent attendus demain, à Mâcon en huitième de finale aller. Le pilier américain annonce qu’il sera au rendez-vous !

C'était il y a un an presque jour pour jour (le 23 avril 2012). Pour son dernier match de la phase régulière, l'USON s'inclinait au Pré-Fleuri contre Bobigny (16-17). Une défaite qui ne changeait rien ni pour les Neversois (troisièmes), ni pour les Balbinyens, écartés des phases finales. Si l'on repense à ce match à la veille d'un huitième de finale à Mâcon, c'est qu'un joueur réalisait une performance qui a marqué les esprits : Matekitonga Moeakiola, sous le maillot rouge des banlieusards…

Garcia : « Il a beaucoup bossé »

Le pilier américain d'origine tongienne était à ce point impressionnant de puissance en mêlée, comme dans le jeu, que Jean-Baptiste Rué, le manager neversois, s'empressait de le faire signer à l'USON quelques semaines plus tard… L'USON attendait beaucoup de l'international américain. Seulement titulaire à quatre reprises pour treize feuilles de match, force est d'admettre qu'il n'a pas, encore, justifié cette attente : « On n'a pas vu le Mate qui nous a fait tellement mal avec Bobigny », constate Julio Cesar Garcia. « C'est un garçon qui se pose beaucoup de questions, il a besoin d'enchaîner les temps de jeu. Physiquement, il est bien. Il a beaucoup bossé. »

Nul dans le club neversois ne remet en cause le professionnalisme et le sérieux d'un homme charmant qui, à bientôt 35 ans, a toujours de l'ambition. « Ma première saison à Nevers est difficile », convient-il en anglais. « Je m'entraîne beaucoup, c'est différent de Bobigny. » Victime d'un KO contre Oloron, le 20 janvier, il n'a retrouvé sa place que contre Castanet, le 24 mars. En l'absence de Neel et Lakepa, blessés, il devrait débuter demain, à Mâcon, probablement à droite, même s'il préfère évoluer à gauche.
« J'aime la pression »

« Ça n'a pas d'importance« , assure-t-il en riant. « J'aime la compétition. Avec les USA, dans les grands matches, je joue à droite. »

Il a porté à vingt-six reprises le maillot américain et disputé deux Coupes du monde ! « J'ai choisi de jouer pour les USA plutôt que pour les Tonga parce que je savais que je jouerai plus longtemps avec l'équipe américaine », reconnaît-il.

Quand sa carrière sera terminée « dans deux ou trois saisons », il s'installera à Salt Lake City (USA) où vivent son fils et sa fille de 5 et 3 ans et espère devenir « coach de l'équipe de rugby ».

Mais, avant, il devrait participer, cet été, aux éliminatoires de la Coupe du monde puis à une tournée et ne revenir que fin août à Nevers…

Dans l'immédiat, sa priorité est d'éliminer Mâcon. La perspective de se frotter à quelques vieilles connaissances (Toke, Popescu, les ex-Orléanais Kopaliani et Mololo) et l'importance de ce double rendez-vous réveillent en lui le combattant

« Je pense que l'on va être plus forts en play-offs. J'aime beaucoup la pression. J'aime la compétition, le combat ! »

En bref. Né le 16 mai 1978 à Tongatapu (Tonga). Pilier gauche ou droit, il mesure 1,84 m et pèse 127 kg. Naturalisé américain, il compte 26 sélections et a inscrit 1 essai. En France, il a joué à Albi (Pro D2) 2009-2010, Bobigny (F1) 2010-2012 et Nevers. Il est sous contrat à l'USON jusqu'en 2014.

DEMAIN à 15 h

MÂCON (Stade Émile-Vanier). Huitième de finale aller : AS Mâcon-USO Nevers. Arbire : M. Hourquet (Midi-Pyrénées). Juges de touche : MM. Mucel et Clot (Drôme-Ardèche).

AS Mâcon : Mololo, Toke, Popescu, Kopaliani, Melizidze, Veri, Ripol, Birembaut, Charlon, Salellas, Aguilar, Valdant, Pommerel, Vessort (avants), Campeggia, Brunel, Fourie (?), Manguelin, Takaï, Rondet, Klouchi, Mathuriau, Galland, Achabar.

USO Nevers : Vaudaine, Neel, Stolz, Colombat, Moeakiola, Colati, Esclauze, Sigoire, Carpentier, Vitale, Van Schalkwyk, Diotallevi, Praud (avants), Marfaing, Smales, James, Savre, Galopin, Williams, Bonvalot, Maya, Capdeville, Carmona, San Martin (arrières).
Revenir en haut Aller en bas
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Sam 20 Avr - 20:54

SITE JOURNAL DE SAÔNE ET LOIRE

Fédérale 1 (8e de finale aller). Mâcon reçoit Nevers (aujourd’hui 15 heures).

La lutte sera-t-elle inégale ?


L’affrontement en mêlée pourrait prendre toute son importance ce dimanche.

Sur le papier, Mâcon ne peut rivaliser avec Nevers. Tant le fossé entre les deux clubs semble inéluctable. Mais le terrain révèle parfois d’autres vérités.

A Mâcon, pas question de se prendre la tête. L’objectif majeur de la saison a été atteint au soir du 7 avril – et même bien avant - avec cette 3e place derrière Lille et Bourg. Et contrairement au dernier championnat et à ce dénouement face à Montluçon pour une qualif en 8e , cette fois, Mâcon arrive avec la plupart de ses armes. Un physique affûté grâce à un mois de février titanesque. Un mental certes éprouvé par les trois récentes défaites mais qui ne demande qu’à retrouver son statut du début de saison. « Notre saison a été bonne, il ne faut pas se baser sur ces trois revers. Et puis quand on les passe au peigne fin, ils ne sont pas aussi cata que ça » explique Guillaume Aguilar, le troisième ligne mâconnais.

À travers ce rayon de soleil, en revanche, Mâcon essuie un violent orage avec le forfait ce vendredi matin de son maître à jouer, l’ouvreur sud-af Jeandre Fourie. Sans la présence de l’homme aux 201 points, le jeu mâconnais s’en ressentira forcément. Certes, son remplaçant, l’ex-burgien Nicolas Manguelin avance des qualités indéniables mais Fourie était un danger permanent pour l’adversaire. « On s’adaptera à la situation, témoigne Tubert. Nous n’allons pas nous réfugier derrière cette absence pour ne pas prendre nos responsabilités » poursuit l’entraîneur mâconnais.

3e attaque de Fédérale 1

Le staff, en effet, a d’autres chats à fouetter. Sa défense en particulier. Au large surtout. Une défense qui a pris l’eau devant Montluçon, Lille et Saint-Etienne. 103 points encaissés en trois rencontres. Un bilan que ne peut évidemment satisfaire l’homme de terrain qu’est Jean-Henri Tubert. « Cela ne nous ressemble pas. C’était notre point fort ces deux saisons. On a beaucoup bossé ce secteur ces derniers jours mais nous n’avons pas le droit de nous focaliser uniquement là-dessus. Il ne faut pas négliger d’autres domaines mais c’est vrai, peut-être que l’on a privilégié trop le côté offensif et délaissé la défense. J’espère que contre Nevers, on sera mieux en place, sinon… » récite-t-il.

Sinon la foudre s’abattra sur Emile-Vanier cet après-midi. Côté neversois en effet, l’attaque de feu, avec 59 essais marqués et 3e toutes poules confondues derrière Montauban 76 et Bourgoin 64, risque de causer bien des soucis au rideau mâconnais. « Nevers, tout comme Lille, est dangereux sur la largeur, avec des combinaisons intéressantes et des joueurs très rapides et adroits. Nous, la défense sur la largeur, c’est notre péché mignon, on a besoin d’une communication au maximum et d’un placement d’une précision extrême » insiste Mickaël Campeggia, le capitaine mâconnais.

Mâcon n’est donc pas favori de ce premier round. Mais un autre paramètre peut également troubler l’ordre établi. Nevers, mis à part Montauban, a-t-il affronté des adversaires d’un calibre de la valeur du groupe mâconnais ? « Ce qu’il faudra bien juger et jauger , c’est le niveau des deux poules. On termine 3e et Nevers 2e , j’attends de faire l’analyse dimanche soir, c’est une inconnue qu’on ne maîtrise pas » annonce Tubert.
Revenir en haut Aller en bas
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Sam 20 Avr - 20:58

LE JOURNAL DU CENTRE

L'USON dans le vif du sujet à Mâcon


Les avants neversois (), ici Vaudaine (), Colombat et Colati ont un gros défi à relever.?

L’USON se déplace à Mâcon avec l’ambition de préserver toutes ses chances de qualification avant le match retour, dans huit jours, au Pré-Fleuri. On peut s’attendre à une belle bataille.

«Ce sera forcément compliqué. Statistiquement, c'est du 50-50. » On ne peut que partager le sentiment de Jean Anturville, le patron du staff usoniste, avant la première manche du derby bourguignon, aujourd'hui, en Saône-et-Loire.

Oublier le passé


L'erreur serait de croire que l'USON, compte-tenu de ses ambitions et de ses moyens (financiers), est "forcément" supérieure et qu'elle "finira" par passer. Bien sûr, les Neversois ont fini deuxième de poule 4, ont marqué plus de points (65, 13 victoires, 2 nuls, 3 défaites) et fait mieux que Mâcon troisième de la poule 1 (48 points, 10 victoires, 1 nul, 7 défaites) dans la phase régulière. Oui, les trois derniers matches entre Mâconnais et Usonistes ont tourné à l'avantage des seconds. Mais le score aurait pu être inversé en championnat, la saison passée (27-26 à Mâcon, 9-6 à Nevers) et le match amical de septembre (31-13) n'était qu'amical… Et c'est vrai que les Mâconnais ont bouclé la phase régulière par trois défaites d'affilée, alors que leur troisième place était assurée.

Fourie forfait


On peut encore, si l'on veut se rassurer, relever que Mâcon sera privé cet après-midi de Naude, en deuxième ligne et de Fourie, son maître artificier. Et que les deux Sud-Africains sont eux pièces importantes dans le système mis en place par Jean-Henri Tubert.

Mais, franchement, peut-on affirmer que l'USON maîtrise à ce point ces matches qu'elle est l'abri de toute mauvaise surprise ? Qu'il y a du talent dans l'effectif neversois, c'est incontestable. Même en l'absence de Lakepa, Neel, Wasserman, Francis, Pécrix devant et de Nxumalo et Haouari derrière, l'ensemble neversois est complet dans toutes ses lignes. On ne peut s'empêcher, pourtant, de se poser des questions sur la conquête en général et la mêlée en particulier.

Mâcon possède deux trios de première ligne -Toke, Ripol, Popescu et Mololo, Véri, Kopaliani- qui ne craignent personne à ce niveau. On sait aussi la capacité des Mâconnais à confisquer le ballon devant, à bien défendre, user l'adversaire et à prendre les points au pied, Manguelin pouvant parfaitement suppléer Fourie dans ce rôle : « Ils vont nous mener par le bout du nez s'ils ont le ballon et imposent leur rythme », prévient Anturville. Il faut qu'on soit très vigilant. »

Galopin titulaire au centre


Les Usonistes pourraient trouver leur salut en produisant du jeu, à condition d'avoir les ballons, mais on parie que quel que soit le score aujourd'hui, tout sera possible pour le retour dans huit jours.

L'équipe usoniste qui débutera est sans surprise devant. Derrière, Carmona ne sera pas sur la feuille de match et c'est Galopin qui sera associé au centre à Williams.
Revenir en haut Aller en bas
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Dim 21 Avr - 7:25

SITE JOURNAL DE SAÔNE ET LOIRE

AS Mâcon 14 / Nevers 27 Ce sera très difficile mais l'ASM peut encore y coire


La rencontre ASM / Nevers a rassemblé quelque 2500 personnes à Emile Vanier

L'ASM s'est donc inclinée de 13 points dimanche sur sa pelouse face à la formation nivernaise. Menés 12 à 9 à la mi-temps, les hommes de Tubert n'avaient pourtant rien lâché. Le match retour à Nevers dimanche prochain sera plus que délicat mais sait-on jamais. Un bus est mis en place pour aller dans la Nièvre. Retrouvez les images et les analyses dans le JSL de lundi.
Revenir en haut Aller en bas
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Dim 21 Avr - 7:36

SITE LE JOURNAL DE L'OUEST

Fédérale 1 : courte défaite nazairienne à Romans (27-25)

Battus 27-25 sur le pelouse de Romans/Péageoise, les Nazairiens sont en position très favorable pour se qualifier pour les quarts de finale du trophée Jean-Prat. Menés 15-11 au repos, les Portuaires ont inscrit trois essais, ce qui les autorise à tous les espoirs pour le huitième de finale retour, dimanche prochain au stade du pré-Hembert.
Revenir en haut Aller en bas
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Dim 21 Avr - 7:51

SITE INFOS MÂCON . COM


Il y a des signes qui ne trompent pas... Dès les 1eres minutes de jeu, Adil Achabhar, habile et vif d'habitude, échappe le ballon en zone défensive. Et face à Nevers, cela ne pardonne pas ! Cash ! Les Jaunes aplatissent et transforment dans la foulée. 7 à 0. Le doute s'installe, forcément. Mais nos Mâconnais ont des ressources, certes, ils se battront comme des diables pour revenir rapidement au score au coup de pied. 6 à 7 à la demi-heure de jeu. Mais non !... Nevers est bien décidé à gagner et profitent de erreurs de leurs adversaires, qui jouent avec le feu en défense, manquant de se faire dégommer. Les Neversois retournent à l'essai, heureusement pas transformé. Puis c'est une pénalité manquée côté Mâcon (l'artilleur Fourie n'est pas là, blessé) ; une seconde, juste entre les poteaux, à 20 mètres, passe. 9 à 12 à la mi-temps, tout le monde y croit, la forteresse n'est pas imprenable.

Et puis le coup de grâce vint à la 55e, essai de Nevers, le 3e, sur une mêlée. Les Jaunes enchaînent immédiatement sur une pénalité réussie. Mâcon répond aussitôt avec un capitaine qui a décidé de ne rien lâcher, et aplatit dans l'en but adverse. La transformation est manquée. 14 à 20 à la 61e minute. Nevers enfonce le clou avec un 4e essai ! Décidément, ça pêche en défense chez les Rouge-et-Bleu, et Adil n'est pas dans un grand jour.

Les changements n'y feront rien, score final 14 à 27. 4 essais à 1. C'est la désillusion. Aller gagner à Nevers la semaine prochaine ? Cela relève dorénavant du rêve plus que de l'espoir. Tant pis, la saison a été belle quand même.

VIDÉO MÂCON- NEVERS

http://www.dailymotion.com/video/xz733t_as-macon-vs-nevers_sport#.UXQ1A0qXT-w
Revenir en haut Aller en bas
Rugby Samourai

avatar

Messages : 5557

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Dim 21 Avr - 15:09

Merci!
Revenir en haut Aller en bas
http://shizuokagourmet.com/
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Lun 22 Avr - 0:38

SITE ASRCC

8e de finale : Lille en force

Les matches aller des 8e de finale de Fédérale 1 se jouaient ce dimanche 21 avril. Lille s’est largement imposé à Oloron (35-16), validant déjà son billet pour les quarts de finale. Bourg en Bresse s’est également imposé à Castanet (18-11). Les deux autres formations de la poule 1 ont connu moins de succès. A domicile, Saint-Etienne a été battu par Montauban (9-15) et Mâcon a subi la loi de Nevers (27-14).

Deux équipes seulement ont gagné sur leur terrain : Périgueux devant Valence d’Agen (25-23) et Romans contre Saint-Nazaire (27-25). Enfin, Bourgoin a été tenu en échec à Saint-Jean-de-Luz (22-22).

Les matches retour sont programmés le dimanche 28 avril.

Les résultats : Oloron 16 – Lille 35; Romasn 27 -Saint-Nazaire 25; Castanet 11 – Bourg en Bresse 18; La Seyne 16 – Tyrosse 13; Mâcon 14 - Nevers 27; Saint-Jean-de-Luz 22 – Bourgoin 22; Saint-Etienne 9 – Montauban 15; Périgueux 25 – Valence d’Agen 23.
Revenir en haut Aller en bas
Rugby Samourai

avatar

Messages : 5557

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Lun 22 Avr - 0:52

Tout cela etait un peu previsible!
Perigueux avec tous ses problemes financiers ne fera pas le poids au retour et risque bien une retrogradation en Fed 2 avec CASE et Limoges si ce dernier n'est pas achete par le basket!
Bourgoin a eu la vie trop facile en Poule 2 et pourrait se preparer a une mauvaise surprise!

De toute facon tout se decidera entre 4 equipes:
Lille, Bourg, Montauban et Bourgoin.
Je ne vois pas Nevers faire grand chose apres la pillule qu'ils se sont pris a Montauban!
Revenir en haut Aller en bas
http://shizuokagourmet.com/
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Lun 22 Avr - 0:54

SITE LE JOURNAL DU CENTRE

L'USON fait un grand pas vers les quarts


Stéphane Bonvalot a signé un doublé et réalisé un gros match à l’aile.?

Les Neversois ont un pied en quart de finale après leur victoire bonifiée, hier, à Mâcon (27-14). Il leur reste à finir le travail, dimanche, au Pré-Fleuri.

«Surtout, restons humbles. » Benoît Marfaing en a tant vu dans sa carrière que le demi de mêlée ne voulait surtout pas dire, hier, que l'USON est presque en quarts de finale.

Il n'empêche, les Neversois ont frappé un grand coup dans ce huitième de finale aller. En s'imposant avec le bonus offensif (4 essais à 1 et donc 5 points à 0), ils ont fait un grand pas vers la qualification.

De l'envie et du jeu

On ne voit pas, en effet, comment les Mâconnais pourraient renverser la vapeur au Pré-Fleuri, dimanche : il leur faudrait gagner avec le bonus offensif et un écart supérieur à 13 points. « Les miracles, c'est à Lourdes », rappelait Jean-Henri Tubert, l'entraîneur mâconnais.

On promettait un après-midi difficile aux Neversois. On doit dire que Montauban, bien sûr, mais aussi Castanet et Limoges ont posé bien plus de problèmes à Nevers, cette saison, que Mâcon, hier.

Pourtant, tout n'a pas été parfait à l'USON. En touche, ce fut même catastrophique en première mi-temps : 5 lancers perdus sur 7 ! Au pied, on a connu James plus adroit. Il manqua tout d'abord 2 pénalités dans ses cordes (7 e et 10 e'), puis une transformation qui aurait permis aux Neversois de faire le break à la mi-temps (12-9 en leur faveur). On pourra reprocher aux Usonistes de pas avoir "tué le match" plus tôt, d'avoir encore péché dans la finition ou pris des risques inutiles à l'image de San Martin, quand ils jouaient en infériorité numérique !

Mais, il faut d'abord retenir la manière et l'intensité qu'ont su mettre Esclauze et ses partenaires tout au long des 80 minutes. Leur objectif était d'être prêts pour ce rendez-vous et ce fut le cas. On s'inquiétait pour la mêlée, point fort des Mâconnais. Avec un Vaudaine retrouvé à gauche, le pack usoniste a fait plus que jeu égal avec son vis-à-vis, pénalisé à trois reprises après la pause.

Efficacité

Mâcon a lâché trop de ballons, commis trop de fautes, fait trop de mauvais choix, raté trop de pénalités (3\6 pour Manguelin) pour espérer mieux. Même à 15 contre 13 pendant 8 minutes (42 e à la 50 e), les Mâconnais ont buté sur une défense très bien organisée et qui n'a été prise qu'une fois à défaut, sur une inspiration de Campeggia (60 e').

Si les Neversois l'ont emporté, c'est aussi parce qu'ils ont été efficaces. Ils ont toujours cherché à produire du jeu, à jouer sur la largeur, ce qui leur a permis d'inscrire 4 essais. Tout d'abord sur un doublé de Bonvalot (4 e'), servi par San Martin, qui exploitait une faute de main d'Achabar, puis décalé par James (33 e'). Ensuite, par Williams, dans un rôle de perforateur qu'il affectionne (55 e'). Enfin, par Diotallevi, suite à une touche qu'il avait captée (65 e').

Du travail bien fait, mais qui n'est pas achevé.
Revenir en haut Aller en bas
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Lun 22 Avr - 0:57

SITE JOURNAL DE SAÔNE ET LOIRE

Fédérale 1 (8e de finale aller). Mâcon battu à domicile par Nevers 24-17.

C’était mission impossible


L’ailier mâconnais Galland a trouvé à qui parler en face de lui avec le duo Moekiola-Diotallevi, mur vivant neversois. Un plaquage qui aurait toutefois mérité un carton au final.

Devant une formation neversoise convaincante sans être étincelante, Mâcon a montré ses limites actuelles. La cause semble déjà entendue pour la qualification en quart de finale.

Dimanche prochain, au stade du Pré-Fleuri, Tubert en appellera forcément à un miracle. « Sauf que Nevers ce n’est pas Lourdes » trouvait-il encore la force de blaguer quelques minutes après cette défaite qui faisait mal, très mal aux Mâconnais lesquels sortaient abattus des vestiaires. « Individuellement, on a tous commis une erreur » déplorait le talonneur Alex Verri, entré très tôt dans le match en raison de la blessure du titulaire Roger Ripol. Car Mâcon a souffert le martyr. Sur la largeur comme cela était prévu. Mais plus surprenant, dans le jeu au sol où les coéquipiers de Diotallevi, rayonnant hier après-midi, auront gratté des munitions importantes. Mâcon n’avait pas besoin de ça.

Devant près de 2000 spectateurs dont près de 600 Neversois, les Mâconnais entrent doucement dans la partie. On les sent fébriles comme si les trois dernières défaites n’étaient pas encore digérées. « Non, non, c’est inexact. Ce n’est qu’une question technique » analysait après coup le capitaine Mickaël Campeggia. Pourtant, lorsque le serein Adil Achahbar commet une faute de débutant à la 5e minute, la sanction est immédiate. Un en-avant à l’intérieur de ses 22 et l’ailier Bonvalot au pressing se précipite, récupère l’ovale et plonge dans l’en-but. 7 à 0 avec la transformation de James. Mâcon est assommé.

Nevers tient à 13

Mais l’ouvreur néo-zélandais ne profite pas de cette semi-léthargie mâconnaise et manque par deux fois la cible. Au grand bonheur des équipiers d’Aguilar qui reprennent du poil de la bête. Promu buteur en l’absence de Fourie, Manguelin hérite de deux pénalités qu’il ajuste. Mâcon revient à une longueur (6-7, 30e ). Suffisant pour réveiller son adversaire. Un oubli de la défense mâconnaise sur la largeur, comme on pouvait le craindre, une passe sautée splendide James pour Bonvalot et ce dernier file en terre promise (12-6, 35e ), puis 12-9 juste avant la pause suite à une pénalité de Manguelin.

Rien n’est fait. Surtout que Mâcon évolue en double supériorité numérique suite aux exclusions quasi simultanées des deux centres neversois Williams et Galopin. Manguelin s’emploie à deux reprises avec autant d’échecs. Dommage. Mâcon a raté le coche. Ce qui n’est pas le cas de Nevers peu avant l’heure de jeu. De nouveau au complet, la formation de l’ancien entraîneur mâconnais Guillaume Jan s’installe dans les 5 mètres locaux. Une touche supersonique de Colombat pour Marfaing surprend la défense mâconnaise. Le demi de mêlée est stoppé dans un premier temps à un mètre de la ligne. John Rhys Williams, lancé comme un boulet de canon, reçoit le ballon et s’envole. Essai. Celui du bonus offensif. 17 à 9 pour Nevers puis 20 à 9 avec une pénalité de James.

Diot pour le mot de la fin


Mâcon est à l’agonie. Pire encore. Mololo, exclu, rejoint le banc. À 14 contre 15, Campeggia sonne la révolte. Timide certes mais qui lui permet d’aller à dame grâce à une valise derrière une mêlée dans les 22 neversois. L’espoir revient (14-20, 60e ). Six minutes plus tard, Diotallevi porte le coup de grâce. Une ogive de son talonneur captée à deux mains et l’ancien troisième ligne chalonnais traverse le rideau défensif mâconnais sans opposition. « C’est moi qui aurait dû couvrir » s’excusera Alex Verri.

Ce quatrième essai clôt les débats. Avec treize points d’avance plus le bonus offensif en poche, Nevers semble déjà en quarts. À moins que…
Revenir en haut Aller en bas
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Lun 22 Avr - 1:01

SITE RÉPUBLIQUE DES PYRÉNÉES

Fédérale 1 : le FC Oloron s'incline face à Lille



Le FC Oloron a été nettement dominé par Lille ce dimanche après-midi à Saint-Pée dans ce match aller des huitièmes de finale. Devant 2500 spectateurs environ, les rugbymen oloronais s'inclinent 16 à 35 (9-30 à la mi-temps).

Lille a marqué quatre essais et remporte le bonus offensif. Le FCO a passé un seul essai par Stéphan Vitalla.

Les chances du FCO de se qualifier pour les quarts de finale semblent s'éloigner.

OLORON 16

Ont joué : Sorreaux; Etchegoyen (Fourtine, 52e), Dies, Séré-Périgain, Slayki; (o) Picabéa (cap.), (m) Cruzalèbes (Labaigs, 63e) ; Martres, Tauzin (Sallenave, 63e), Lacave (Lannes, 72e) ; Mazières (Quintana, 65e), Casassus; Laperne (Tomuli, 72e), Vitalla (Amans, 72e), Bérhabe (Monnier, 51e).

Entraîneurs: Stéphane Barberena, Jean-Paul Trille.

LILLE 35


Ont joué: Russel; Kande (Scarbrough, 63e), Caloni (Gerber, 63e), Romain, Ralago; (o) Bourgeois, (m) Alcade; Leblon (cap.), Justumus, Ringot; Pierre (Recuerda, 72e), August (Derible, 63e); Pretkowski, Dienst (Whitehall, 63e), Potelle (Rogers, 47e).

Entraîneurs: Pierre Chadebech, Richard Crespy.

A Saint-Pée : mi-temps 9-30. Temps doux et ensoleillé. 2400 spectateurs environ. Arbitre: Ludovic Carrillo (Ile de France) assisté de Stéphane Coulon et de Jacques De Lemos (Armagnac-Bigorre).

Pour Oloron: 1 essai Vitalla (54e), 1 transformation et 3 pénalités (4e, 12e, 31e) Picabéa.

Pour Lille: 4 essais Russell (24e), Kande (32e), Bourgeois (38e), Rogers (50e), 3 transformations (24e, 33e, 38e) et 3 pénalités (9e, 17e, 25e) Bourgeois.

Cartons blancs: à Oloron, Lacave (40e). A Lille, Pretkowski (53e), Ringot (68e).
Revenir en haut Aller en bas
Rugby Samourai

avatar

Messages : 5557

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Lun 22 Avr - 14:28

Merci!
Quelque chose me dit que rien ne sera facile pour Macon l'annee prochaine.................
Revenir en haut Aller en bas
http://shizuokagourmet.com/
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Lun 22 Avr - 19:25

SITE JOURNAL DE SAÔNE ET LOIRE

Fédérale 1 Il faudra relever la tête


Le pilier droit mâconnais Toke n’a pas connu son rendement habituel. Photo JSL

Tubert ne se berce guère d’illusions. Nevers est déjà en quarts de finale. Dimanche, il demandera aux joueurs respect et dignité. Pour une réhabilitation essentielle.

En un match, les Mâconnais ont mesuré tout le chemin qu’il leur reste à parcourir pour aller titiller les meilleurs. Pas l’ensemble de l’effectif bien sûr. Car certains joueurs ont prouvé leur valeur. Morale et physique. Technique et tactique. Mais d’autres ont failli. « Quand je vois que des mecs ont souffert de crampes… » pestait quelque peu hier matin Jean-Henri Tubert, l’entraîneur mâconnais. « Cette fébrilité, normalement, c’est Nevers qui devait l’avoir, pas nous. Quelques minutes avant la rencontre, j’avais dit aux joueurs : ce match vous fera grandir et ce, quoiqu’il arrive. On a connu le pire. Dommage » ajoutait-il.

Le pire, c’est cette entame de match catastrophique et cet essai casquette sur une erreur d’Achahbar. Le pire c’est aussi cette défense approximative de Klouchi sur le deuxième essai. « Il a été aspiré par l’attaque nivernaise mais au final, il était perdu » soufflait Tubert. Le pire également ce sont ces points laissés en route par Manguelin même si on ne l’accablera pas. Le pire c’est cet essai, le 4e de Nevers, de Diotallevi, suite à une touche-penalty avec une défense absente de Verri sur le coup. « Il doit venir bloquer le milieu de l’alignement et il ne le fait pas » confirme Tubert. Et ce constat est loin d’être complet. En effet, nous pourrions rajouter plein de petits détails. « C’est ce qui nous éloigne des meilleurs » reconnaît le technicien mâconnais.

Ripol voit double

Comme nous l’avons écrit dans nos colonnes ce lundi, c’était mission impossible. Et ce bilan négatif le prouve. Sauf que… Car à travers un tableau aussi noir, il faut bien trouver une quelconque lumière capable de vous rassurer. « Je veux bien avouer qu’on a donné le bâton pour se faire battre mais on a aussi manqué de chance dimanche. Avec un poil de réussite, peut-être que l’issue de la rencontre aurait été modifiée, peut-être… » murmurait le coach.

La poisse, c’est cet essai casquette suite à une faute de mains d’un joueur sûr dans ses attitudes depuis son arrivée à Mâcon il y a deux saisons. La poisse c’est cet essai refusé au talonneur Roger Ripol à la 26e minute pour avoir soi-disant rampé selon l’arbitre. Une double poisse puisque l’Espagnol quittera le terrain dans la foulée (lire ci-dessus). La poisse c’est aussi ce plaquage haut de Moekiola sur Galland qui file à l’essai. Une action ignorée par le trio d’arbitre au grand dam du staff mâconnais. Enfin, la poisse c’est cette splendide phase de jeu au cours de laquelle le centre Mathuriau, le meilleur trois quarts de ce dimanche, récupère le ballon à trois mètres de la ligne mais ne parvient pas à conclure.

Dignité et respect


Avec des si, on refait le monde et Tubert n’est pas du genre à se plaindre. Il reconnaît la supériorité de son adversaire et surtout l’efficacité pragmatique de l’équipe neversoise. « Elle ne s’est pas enflammée. Quand il a fallu laisser passer l’orage, elle a fait. Ensuite, elle a su jouer sur nos points faibles, comme notre défense au large avec le deuxième essai. Ce n’est pas un jeu spectaculaire mais tellement efficace, et surtout bien approprié aux phases finales » analyse-t-il lucidement.

Que peut espérer Mâcon de la deuxième manche ? Beaucoup selon nous. D’abord que certains joueurs, et on ne les citera pas puisqu’ils doivent se reconnaître, se retrouvent une âme de guerrier. Que les autres, qui étaient au diapason de l’événement, évoluent encore sur la même planète. Et qu’enfin, le tout débouche sur une prestation digne et respectueuse. « Les joueurs qui n’imprimeront pas l’analyse de leur perf auront du mal à élever leur niveau » prévient Tubert. Le ton est donné.
Revenir en haut Aller en bas
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Lun 22 Avr - 21:05

SITE LA DÉPÊCHE DU MIDI

Montauban. Les Sapiacains prennent une option

Fédérale 1 (huitième de finale aller). Un petit match hier dans un Forez glacial...


Le staff montalbanais frigorifié et quand même satisfait de ce succès./ Photo DDM, C.L.

Sympa de disputer un match de phase finale… en hiver. Au pied de l'enceinte mythique de Geoffroy Guichard il fallait bien se couvrir (une petite dizaine de degrés) pour assister à ce huitième de finale aller entre des Montalbanais qui visent l'accession en Pro D2 et des Stéphanois qui vont out faire pour ne pas être relégués financièrement. En tout état de cause, il ne fallait pas galvauder ce huitième de finale. Les Montalbanais, sérieux dans l'attitude, n'ont pas pris cette rencontre à la légère, comme aucune d'ailleurs. Mais comme ils le craignaient ils sont tombés sur des adversaires plus motivés que jamais. Yann Ruel-Gallay est le premier à se mettre en évidence à la trentième seconde mais un petit pied en touche arrête une action qui allait à dame. Le ton est donné. Pourtant ce sont les Stéphanois qui ouvrent le score les premiers (3-0, 3e). Petite péripétie car tout de suite les Montalbanais remettent la main sur le ballon mais butent sur une défense stéphanoise acharnée. Face au vent les coéquipiers de Serge Sergueev s'en remettent à la botte de Xantxo Istèque pour revenir à la marque (3-3, 24e). Les occasions de s'enflammer et de se réchauffer ne sont pas légion pour les supporters dans les tribunes et les locaux font mieux que de se défendre. Pour preuve ce sont eux qui font la course devant à la mi-temps (6-3). Certes il n'y a pas péril en la demeure mais les Sapiacains ne sont pas dans leurs meilleures dispositions, loin de là.
Du mieux avec le vent favorable

Avec le vent, comme chacun l'espérait, les choses changent après la pause et Xantxo Istèque remet coup sur coup les siens devant (12/6, 58e). Pour autant les occasions ne se multiplient pas. Les cartons s'enchaînent pour Saint-Étienne. La fin de match est à l'image de la rencontre, guère enthousiasmante. L'envie des Montalbanais est réelle mais les intentions sont trop souvent annihilées par des fautes de main. Saint-Étienne est même tout près d'inscrire le premier essai mais Ofa Ki Maui est repris aux vingt mètres (71e). Dans les ultimes minutes, Peter Durcan donne un peu plus d'air à l'USM (9-15). Montauban garde bien évidemment toutes ses chances de qualification en quart de finale. Le match retour de samedi prochain ne devrait pas connaître de fâcheuse surprise. En tout cas hier les Sapiacains sont entrés à petits pas dans ces phases finales…

«Nous sommes soulagés même si la manière n'a pas été là»


Thierry Eychenne (président) : «Il fallait gagner pour marquer le début d'une aventure que l'on veut si belle. Je dirais qu'il en reste encore six. Cela a été dur. Il faut féliciter la valeureuse équipe de Saint-Étienne. On a joué et gagné 15 à 9. On débute par une victoire et je remercie tous ces supporters qui nous ont suivis».

Pierre Barthère (troisième ligne) : «Je suis soulagé d'avoir gagné même si manière n'a pas toujours été. L'an dernier nous avions perdu ce même premier match à nous de nous rattraper à Sapiac et poursuivre l'aventure».

Max Lafargue (président) : «On mérite notre victoire en raison de notre domination territoriale en deuxième mi-temps face à une équipe compliquée qui présente des valeurs autour du désespoir de leurs soucis financier. Au match retour, il faudra que l'on confirme la victoire de ce dimanche après-midi».

Philippe Mothe (entraîneur) : «On se contentera de la victoire. Il y a beaucoup de choses à dire sur le contenu. On a vu ce que l'on devait travailler. On sait toujours que le premier match de phase finale est compliqué. J'espère que le plus dur est passé et que le meilleur est avenir».

Daniel Bory (manager) : «On est tombé sur une équipe de Saint-Étienne qui a confirmé sa bonne fin de saison. On est à la mi-temps. Il y aura un match retour. L'aventure continue».

Xavier Péméja (entraîneur) : «Je n'ai jamais pensé que cela serait facile à Saint-Étienne face à une équipe professionnelle et qui travaille de cette manière. Elle est libérée de tous soucis. Cela sera très difficile samedi prochain. On a passé tous les compartiments du jeu dans le positif et le négatif. On a gagné le match. Il nous en reste cinq pour monter. On va se concentrer sur le prochain».

Saint-Etienne : 9

Montauban: 15

A Saint-Etienne (stade de l'Etivallière). Arbitres: M. Pierre Puharre (Comité du Béarn) assisté de MM. Julien Guiroux et Akim Hadj-Bachir (Comité d'Auvergne).

M-T: 6-3.

Evolution du score: 3/0, 3/3, 6/3; 6/6, 6/9, 6/12, 9/12, 9/15.
Revenir en haut Aller en bas
Rugby Samourai

avatar

Messages : 5557

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Lun 22 Avr - 21:43

Macon se leurre, mais ce n'est pas la premiere fois.....
Montauban n'a pas a s'inquieter de ce 1/8eme de finale..........
Revenir en haut Aller en bas
http://shizuokagourmet.com/
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Mar 23 Avr - 5:54

SITE LE DAUPHINE LIBÉRÉ

Fédérale 1: Bourgoin-Jallieu et Romans ont joué avec le feu


Romans pourrait avoir match gagné sur tapis vert jeudi matin et être déjà qualifié avant même le match retour. Le DL/Fabrice HEBRARD

Les Berjalliens ont laissé échapper une victoire largement à leur portée au Pays basque mais ils doivent assurer leur qualification dimanche.

Les Berjalliens, à Saint-Jean-de-Luz, et les Romanais, face à Saint-Nazaire, ont dominé leur 8e de finale aller avant de se faire rejoindre dans les dix dernières minutes. Reste que Romans pourrait avoir match gagné sur tapis vert

Le CS Bourgoin-Jallieu menait tranquillement à Saint-Jean-de-Luz (19-9) lors de son 8e de finale aller en Fédérale 1 avant de baisser de pied dans les dix dernières minutes et de laisser revenir les Basques à sa hauteur (22-22). Certes, avec le match retour dimanche à 15 h au stade Pierre-Rajon, les Berjaliens doivent logiquement prendre le dessus et se qualifier pour les quarts de finale, face à Nevers, selon toute vraisemblance.
Reste que le CSBJ a été le seul candidat déclaré à la montée en Pro D2 à ne pas s'être imposé. Au contraire de Lille, Montauban et Bourg-en-Bresse. Cela doi agir comme une piqûre de rappel pour les Nord-Isérois.
De leur côté, les Romanais menaient tranquillement 24-11 à dix minutes du terme de leur 8e de finale à domicile, avant de voir Saint-Nazaire revenir en trombe et perdre de peu (27-25). De quoi laisser un certain goût d'inachevé et un certain scepticisme à propos de la prestation des Drômois. Reste que Romans pourrait avoir match gagné sur tapis vert jeudi matin. Une réclamation a en effet été déposée car Saint-Nazaire a inscrit cinq joueurs professionnels au chômage sur la feuille de match au lieu des deux autorisés par le règlement. De fait, si cette réclamation aboutie, les Drômois auraient déjà leur qualification en poche avant le match retour car en plus des quatre points de la victoire pour Romans, Saint-Nazaire écoperait de deux points de pénalité. Un handicap dès lors insurmontable.
Revenir en haut Aller en bas
Gaël61

avatar

Messages : 3163

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Mar 23 Avr - 5:57

SITE LE JOURNAL DU PAYS BASQUE

“Désormais, tout va se jouer sur un match… Et sur un match, même le plus faible peut gagner”


“Les joueurs étaient épuisés mais fiers d’avoir relevé le défi et très ambitieux pour le match retour”, raconte François Meyranx, l’entraîneur d’un Saint-Jean-de-Luz Olympique qui a joué un drôle de tour au tout puissant CS Bourgoin-Jallieu dimanche en huitième de finale du Championnat de France de Fédérale 1. Au coup de sifflet final, ce match nul 22-22 avait des airs d’exploit pour les Basques. En face, les Berjalliens n’avaient toujours pas compris comment ils venaient de se faire bousculer par le “petit”. Au point d’en avoir le match nul amer et de promettre l’enfer au match retour à Pierre-Rajon.

“Ils étaient très vexés. On s’attend à 20 premières minutes sympathiques là-bas. Il y a eu beaucoup de promesses faites à la fin du match”, rigole l’entraîneur luzien fier de ses joueurs. Il y a de quoi, lorsqu’on se rappelle cette entrée sur la pelouse du Pavillon bleu avec chaque Luzien qui rendait bien entre 10 et 15 kg de muscles à son adversaire direct. Impressionnés, les joueurs basques sont restés spectateurs de leur match avant de décider d’en devenir les acteurs héroïques.

“Ils nous ont mangés en conquête et dans la dimension physique. Quand on a pris la décision d’arrêter de les regarder, on a au moins réussi à les contenir. Je pense aussi qu’ils ont pris le match un peu trop tranquillement en menant rapidement de dix points. Il a fallu ces dix points d’écart pour se dire aussi de notre côté ‘on n’a plus le choix’”, juge François Meyranx.

16-6 à la mi-temps pour les visiteurs, le SJLO allait enfin jouer décomplexé pour remonter au score. Bien aidé par des adversaires aussi forts physiquement que peu inspirés rugbystiquement. “On avait l’impression qu’ils déroulaient leur jeu comme on récite une leçon”, analyse le technicien luzien. Dans ce contexte, la défense tout feu tout flamme des Basques réussit à mettre sur chaque action berjalienne ce grain de sable nécessaire pour enrayer le mouvement. “Notre défense a été courageuse sans jamais se désunir. On a essayé de casser leurs transmissions de balle”, précise François Meyranx.

Un essai de 80 mètres


Et d’une énième perte de balle du CSBJ est venue la révolte luzienne. On joue la 76e minute et Bruno Alliot récupère dans ces 22 mètres un ballon lâché par un avant de Bourgoin. Le demi de mêlée décale son centre Aurélien Niquet qui prend de vitesse la défense et s’en va cadrer le dernier défenseur au bout d’une course de 40 mètres. L’ailier Clément Castet reçoit l’offrande et part aplatir au pied des poteaux. Le SJLO revient à trois points (22-19) et Bourgoin voit s’envoler ses certitudes. Au point d’en perdre le fil du match et d’offrir dans la foulée une pénalité à 45 mètres en faveur des Luziens.

Le SJLO a alors le choix : la pénaltouche et jouer la gagne ou tenter la pénalité pour arracher le match nul. Les spectateurs du Pavillon bleu hésitent, pas le capitaine luzien Stéphane Vial qui indique les poteaux. “Notre touche était en difficulté, on était fatigués et c’était prendre un risque que de jouer la pénaltouche”, raconte François Meyranx. “Psychologiquement, on n’a pas perdu et même si on sait qu’ils nous sont supérieurs, le plus important est d’être toujours là. Revenir avec un match nul, c’est très bien. Désormais, tout va se jouer sur un match… Et sur un match, même le plus faible peut gagner.”

Et l’entraîneur luzien de conclure en vue du match retour : “Dans le défi physique, c’est compliqué, ils imposent leur force, leur puissance. On doit mettre beaucoup de vitesse de notre côté. Jouer l’évitement. Si on les contre lors de la première demi-heure, à un moment, ils vont douter. Ça sera bien évidemment très compliqué. On peut aussi bien prendre 40 ou 50 points.”
Revenir en haut Aller en bas
Rugby Samourai

avatar

Messages : 5557

MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   Mar 23 Avr - 12:04

Bon que ce soit Romans ou Saint Nazaire ils ne passeront pas le cap des 1/4 de finale.
Des joueurs professionnels au chomage dans une division soit disant amateur, surrealiste, non? A en perdre son latin/francais/japonais!

Bourgoin sont en train de se rendre compte que la Poule 2 avait ete un peu trop facile. En fait ce deplacement a Saint-Jean de Luz leur sera surement salutaire!
Revenir en haut Aller en bas
http://shizuokagourmet.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TROPHEE JEAN PRAT 2013   

Revenir en haut Aller en bas
 
TROPHEE JEAN PRAT 2013
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Fédérale 1 - 2009/2010 - 2ème phase - Trophée Jean Prat
» poule jean prat
» Jean Racine 2013 - Test 29"
» Jean Prat, ‘’Monsieur Rugby’’
» Prix Jean Prat 2015 (Gr.I, Chantilly) 12-07 : Territories

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
16 Tango :: Saison 2012-2013-
Sauter vers: